Des mines de plomb à Chanly

Rêvez-vous ? Des mines à Chanly, ça se saurait… Et bien non, ce n’est pas une blague. C’est même tout à fait officiel et cette découverte date de plus de 200 années. Retour sur l’historique de cette étonnante information.

Quand Chanly fut rattaché à la France, les autorités nouvelles eurent à cœur de répertorier toutes les richesses que contenait leur nouveau sol. Elles furent donc attentives à toutes les découvertes faites dans tous les villages. Intéressées bien sûr !

C’est ainsi que le 6 messidor an VII (24 juin 1799), Jacques-Melchior HERMAN, commissaire du Directoire exécutif de l’Administration municipale de Wellin écrit à son chef direct, un certain Neukome, à Namur, département Sambre et Meuse. Voici ce qu’il dit :

« Un habitant de la commune de Chanly faisant bâtir une maison au lieu susdit, a trouvé, en faisant sa cave, la mine de plomb dont je vous joins un morceau. Je crois qu’on pourrait y installer une minière qui rapporterait beaucoup. Il y a environ 25 ans qu’un citoyen de notre canton fit, à portée de cet endroit, quelques dépenses pour en établir une. Mais n’ayant pas réussi dans le principe, il l’abandonna n’ayant d’ailleurs pas les fonds suffisants.
Salut et fraternité »

Quelques semaines plus tard, Neukome répond pour accuser réception de l’échantillon et demander des renseignements plus circonstanciés de cette découverte. Il demande de nouveaux échantillons pour analyse.

Le citoyen Herman est alors beaucoup moins emballé et répond ceci :

« J’envoie de nouveaux échantillons, mais je crains que cette mine ne soit mêlée avec de la pierre et qu’il serait difficile de l’en détacher. Il y a 30 ans, un individu a voulu établir une minière à 100 mètres de l’endroit où l’on a trouvé celle-ci, mais il l’a abandonné en disant qu’il ne trouvait pas assez de mines pour les frais qu’il faisait »
Les choses en restèrent là.

 

Dans les archives du château de Mirwart conservées à Saint Hubert, on trouve un document non daté, mais probablement du 18ème relatif à cette découverte. C’est sans aucun doute en rapport avec l’article de monsieur Michel Blondieau dans ce même site.

Il s’agit d’une « supplique » adressée par Nicolas Edmond de Smackers au Conseil des Finances des successeurs de Sa Majesté Charles de Bourgogne. Il est précisé que ce dernier fit don en 1471 aux Seigneurs de la Marck de tout « ce qui était rentable » sur le territoire de Mirwart. Actuellement c’est lui qui est Seigneur de ce lieu.

Avec beaucoup de diplomatie et d’encens, Nicolas de Smackers demande qu’il soit bien dit à qui appartient la mine de cuivre et peut-être de plomb situé à Chanly. Il espère bien sûr que ce sera pour lui, vu les travaux et l’argent qu’il a déjà engagés dans cette exploitation. Il a peur que d’autres n’en profitent.

Voici quelques extraits significatifs :
« Le remontrant ayant découvert quelques indices d’une mine de cuivre au village de Chanly dépendant de Mirwart et à 3 lieues de la ville de Marche, il aurait été en droit d’effectuer des travaux…
Il s’offre d’indemniser les particuliers sur les héritages desquels, elle est située ou pourrait s’y conduire
Il voudrait un octroy pour faire tirer au dit Chanly la dite mine de même que du plomb s’il venait à en rencontrer »

Il n’y eut pas de suites connues à cette demande.

Notes
Il y a beaucoup de lieux-dits appelés « minires ». Ce sont des endroits où l’on a trouvé généralement des métaux (fer principalement). Ce nom vient du mot minière.

Sources : Archives de l’Etat à Namur : Département Sambre et Meuse.

Note du webmaster: reste à localiser à quel endroit du  « lieu susdit » (Chanly) se trouvait cette maison. Si quelqu’un a une information à ce sujet, elle sera accueillie avec reconnaissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *