Le patrimoine monumental

La croix de Jeumont

 Croix en pierre du pays qui surmonte une petite chapelle, érigée à un point culminant de la commune au lieu-dit Jeumont. Ce mot signifie Jovis Mons ou colline de Jupiter. C’était donc anciennement un lieu « païen ». On parle aussi des tombelles de Jeumont. Cela signifierait que des sépultures (généralement celtiques) auraient pu s’y trouver. Comme en beaucoup d’autres endroits, l’Eglise récupéra ce lieu en le transformant en site religieux. Ce point élevé était tout indiqué pour y placer un calvaire. C’est en fait une initiative privée qui fut à la base de cette construction qui culmine à une altitude de 270 mètres et mesure plus de 10 mètres. C’est la famille Wégimont de Resteigne qui l’aurait fait élever sur un de ses terrains en 1897 en remerciement pour la guérison d’un enfant malade. Louis Sprumont (papa de Madame Emma Sprumont) et un de ses frères ont travaillé à sa construction. Elle était visible de très loin. La colline fut ensuite plantée de résineux. Cela rendit la croix de moins en moins visible et elle finit par disparaître totalement du paysage. Elle fut de ce fait moins fréquentée, se détériora et s’écroula. Le sommet de la croix git donc près de la petite chapelle, elle aussi délabrée. La disposition de la croix à terre est reconstituée comme au temps où elle était debout. Ce site est classé depuis 1981.

On parle de faire quelque chose pour l’avenir, mais ….

Pour ceux qui aiment les chiffres.
La chapelle à la base de la croix mesure 3 sur 3,5 m. Elle a une hauteur de 3 m. Les murs étant assez épais, l’intérieur est petit. Elle est garnie d’une petite ouverture (actuellement sans fenêtres, mais avec des barreaux). Elle est sans toiture, délabrée et ne contient plus rien. L’entrée de la chapelle est située à l’est. La croix placée sur le devant de cette chapelle mesure environ 11 m ce qui donne une hauteur totale de 14 m. La base de la croix fait 0,85 sur 0,5 m. Sa section décroît un peu avec la hauteur. L’envergure aux bras est de 4 m. La partie tombée mesure 4,5 m ce qui fait qu’elle possède toujours une hauteur d’un peu moins de 10 m.

Avant de tomber, la croix portait un grand crucifix et la chapelle une petite croix sur la face opposée.

Elle aurait été touchée par un avion en perdition à la guerre de 40 et cela l’aurait ébranlée.

Le site est encore bien visité même si il n’y a plus qu’un accès qui se termine en cul de sac. Certains y viennent en « pèlerinage » en portant des petites croix en bois qu’ils abandonnent régulièrement contre les murs de l’édifice ou dans la forêt.

Déclassement

 Au début des vacances 2016, la Région wallonne a envoyé à l’administration communale de Wellin, un avis de déclassement de la Croix (donc pas du site). Les motifs invoqués étaient qu’elle avait été classée par erreur (?) et qu’elle était en mauvais état. Il faut savoir qu’elle appartient actuellement à la Communauté de Tibériade.

Notre site a été de suite sollicité par des partisans de la sauvegarde de la Croix. Comme défenseurs du village de Chanly, de sa culture et de son patrimoine, nous nous devions d’intervenir. C’est ainsi que j’ai lancé une pétition qui a rapidement recueilli plus de 400 voix. Il fallait que cette affaire soit réglée. Dire que le classement avait été fait de façon erronée n’a jamais été prouvé par personne. De toute façon, comme il existe depuis 1897, ce monument gigantesque méritait déjà bien un classement. Le réparer n’aurait pas du coûter bien cher si la volonté de le garder avait été là.

Mais non. Le 31 aout 2016, le conseil communal en a très peu fait mention. Certains ont même prit la chose en souriant et c’est dans l’indifférence générale que le déclassement a été approuvé par tous les conseillers, opposition comprise.

 

Statue de la Vierge.

Cette statue géante est placée au coin de la cour de récréation de l’école des garçons au Tombois. Cette école fut construite en 1859 et servit également de maison communale. La statue a été érigée vraisemblablement après les deux guerres en remerciement pour la protection assurée par la Vierge pendant ces deux derniers conflits. On peut d’ailleurs lire sur ce monument : « Chanly en reconnaissance à la Sainte Vierge » et les deux dates 1914-1918 et 1940-1945. Le socle est marqué de curieuses éraflures. Accident ? Vandalisme ? Nous n’en savons rien (mais les explications seront les bienvenues).

Monument aux morts.

Ce monument est situé presqu’en face du précédent, de l’autre côté de la route. Il glorifie les Chanlynois qui ont donné leur vie pendant la première guerre. Il est à l’abri d’un énorme marronnier. Il était près d’un ancien abreuvoir que vous pouvez voir dans la rubrique sur les fontaines et qui a disparu. On peut y lire « 1914-1918 A nos braves enfants morts pour la Patrie –  J Boulard, C. Boulard, M. Baré, J.B.Philippe – Notre éternelle reconnaissance ». Il a été construit juste après cette guerre.

   La croix de Denis.

Croix située sur la commune d’Halma à deux pas de notre village. Point de vue magnifique d’où l’on découvre non seulement Chanly, mais Resteigne, Halma, une partie de Wellin et le site de la Croix de Jeumont. Elle est située exactement au croisement du chemin de Halma à la Croix de Jeumont avec l’ancien chemin des Pèlerins de Givet à Saint Hubert. Elle fut érigée au début des années 50 à l’initiative de Mr Denis DASTROY.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *